Photo du jour : une belle arrivée pour l’X2852 et l’X2844 à Saint-Léonard-de-Noblat

Photo du jour : une belle arrivée pour l’X2852 et l’X2844 à Saint-Léonard-de-Noblat

Automne 2004, alors que je n’avais pas prévu de sortie photo depuis quelques jours, puisque de plus en plus d’autorail X2200 ou d’autorails « modernes » X73500 se substituaient aux X2800 sur leurs tournées habituelles, un coup de fil d’une de mes sources au sein de la « grande maison » m’alerte sur le fait qu’une UM composée des X2852 et X2844 (l’autorail présent sur le Billet Touristique UEJJ 2017-2) va circuler vers Meymac puis Ussel, via le Plateau de Millevaches.

Cette rame sera opportunément tournée « Poste 1 » en avant pour les deux machines, qui seront couplées après avoir effectué respectivement un Poitiers-Limoges pour l’autorail de tête et un Angoulême-Limoges pour le second.

Il est déjà tard (12h30) et la circulation partira à 13h06 de la gare des Bénédictins, je cherche donc un emplacement intéressant et suffisamment proche pour ne pas prendre de risque inutile sur la route pour croiser sa route.

Vu la météo et le ciel laiteux du jour, je prend le parti de mettre l’accent sur un décor, une scène, plutôt qu’une prise de vue en ligne, où le ciel serait un peu trop présent.

Je jette mon dévolu sur Saint-Léonard-de-Noblat, où deux points de vue offrent le viaduc et la collégiale, en grimpant pedibus cum jambis jusqu’au promontoire du « Chêne de Clovis », où j’ai déjà réalisé quelques belles photos.

Malheureusement, des travaux de voirie entre Limoges et Saint-Léonard auront raison de mon timing et je dois trouver une solution de repli.

Direction, donc, la gare de cette charmante cité Limousine.

Ce n’était vraiment pas ma journée, car arrivé en gare, un camion de chantier surplombé d’une nacelle est positionnée en bout de faisceau, avec des électriciens chargés de l’entretien des candélabres, elle est blanche, et on ne voit « qu’elle ».

Je m’équipe de ma chasuble fluo et je me dirige vers le viaduc, pour tout de même essayer de faire une photo. Et si rien ne colle, tant pis, je la ferais en gare, en demandant l’autorisation.

Je salue les électriciens, on discute un peu et l’un d’eux me demande si je viens pour photographier la « machine à vapeur », je lui réponds par la négative, que si une telle circulation est programmée, je ne suis pas au courant et que je suis juste là pour immortaliser en sortie de viaduc deux autorails qui vont arriver de Limoges dans 10-15 minutes.

Il me demande ce qu’ils ont de spécial, je détaille… et un terrifiant « ha mais c’est la Micheline ! » ajoute du malheur à cette journée où rien ne semble aller…

C’est alors que l’impensable se produit, il me propose de monter avec lui dans sa nacelle pour faire ma photo !

Je lui demande à quelle hauteur maxi il peut monter, et nous convenons de nous positionner juste au-dessus des signaux lumineux.

Banco ! Je m’équipe d’un casque de chantier, bien jaune, (avec la chasuble fluo, c’était carnaval !) et tout doucement, la nacelle s’élève et m’offre un point de vue imprenable sur un tas de traverses réformées, une partie du viaduc et la vallée qu’il enjambe.

Finalement aurais-je de la chance aujourd’hui ?

Au bout de quelques minutes d’attende, la rame se présente sur le viaduc, je la laisse arriver sur nous de façon à ce que le premier autorail se soit extrait du parement pour bien voir son bas de caisse.

Avec mes réglages du jour, afin de capter un maximum de luminosité, je ne peux appuyer qu’une fois… j’espère qu’elle sera bonne !

Clic !… la rame passe lentement et j’ai un beau point de vue sur les toits des deux autorails. Occupé par ce spectacle rare à mes yeux… j’oublie de photographier, comme c’est souvent le cas.

Je me retourne et j’en profite pour doubler ma prise de vue avec la rame stationnée en gare, d’où un jeune garçon en descend avec son vélo et l’enfourche directement sur le quai.

Je remarque à cette occasion que pendant l’arrêt en gare, le P.N. à l’arrière-plan reste fermé, et j’espère que mes réglages permettront de bien voir les fanaux rouges de queue de convoi de l’X2844.

Puis mon samaritain du jour actionne la nacelle vers le bas.

Pendant ce temps, la rame reprend son chemin vers Meymac puis Ussel.

Nous restons 10 bonnes minutes à deviser du « temps jadis », où mon interlocuteur se rendait au Lycée au départ de la gare du Palais-sur-Vienne jusqu’à Limoges, dans un vieil autorail rouge et jaune… puis je prends congés.

En visionnant les photos sur l’écran de mon PC, effectivement, dans mon malheur, j’avais eu de la chance : une belle arrivée et une scène de vie sur le quai de la gare.

Notez la présence sur la seconde photo d’une grue hydraulique fonctionnelle (peinte en noir et blanc), dédiée à l’époque aux circulations de la 141.TD.740 entre Limoges et Eymoutiers.

Photo du jour : belle arrivée à Saint-Léonard-de-Noblat – X2852 et X2844